Les 4 alternatives à connaître pour apprendre l’anglais

alternatives

 

Du cours classique, au séjour linguistique, en passant par la formation et l’autoformation, retrouvez une synthèse des avantages et des risques de chacunes d’entre elles.

 

1. Le classique : le cours 🎓

Qu’il soit collectif ou particulier, le cours d’anglais est l’option qu’on a tous testé à l’école.

Bon… avec plus ou moins de succès, je vous l’accorde. Même si tout le monde n’en a pas un souvenir mémorable, le cours reste la solution classique.

👍 L’Avantage : L’atout principal, c’est votre enseignant. Il est à votre disposition pour vous guider, identifier vos blocages et vous faire progresser. Vous pouvez lui poser toutes vos questions, lui demander des conseils, lui demander de ré-ré-réexpliquer la différence entre le Preterit et le Present Perfect. Il est là pour vous.

🚨 Le Risque : Votre progression est liée à la performance de l’enseignant et à sa pédagogie. Un bon enseignant saura vous motiver, vous impliquer, vous mettre en confiance dans un cours vivant et interactif. Au delà de son rôle de professeur, il vous conseillera, vous inspirera voire même, vous coachera. A contrario, un mauvais enseignant vous fera rapidement conclure que l’anglais, c’est pas fait pour vous.

 

2. Le nec plus ultra : la formation 🌟

Si l’objectif d’un cours est de vous enseigner une connaissance, l’objectif d’une formation est de vous faire acquérir ou développer de nouvelles compétences

Ici, tout est mis en oeuvre pour vous aider à atteindre votre objectif (personnel ou professionnel).

👍 L’Avantage : L’accent est mis sur vous, votre objectif et votre besoin. Des objectifs clairs et réalisables sont fixés, et un “plan” d’apprentissage vous est proposé. Ainsi, vous savez dans quoi vous vous engagez en fixant une ligne d’arrivée.​

🚨 Le Risque : Les méthodes utilisées sont très différentes d’une formation à une autre (cours, coaching, théâtre, approche audiovisuelle…). Assurez-vous de connaître les différentes méthodes et de choisir la bonne en fonction de votre besoin (initiation, perfectionnement, prise de parole, confiance en soi, rédaction formelle, etc.)

 

3. L'audacieux : l'autoformation 🐺

Apprendre par soi-même, en autodidacte, c’est possible ? Oui ! D’autant plus en 2019 !

Internet regorge de contenus, de méthodes, de cours, d’outils pour progresser en anglais, quelque soit votre niveau et votre besoin :

  • Des “meet-ups” (des rencontres) sont organisés dans des villes pour pratiquer l’anglais.
  • Des bibliothèques vous proposent des ouvrages à l’emprunt.
  • Des sites permettent de trouver des correspondants.

... Les moyens ne manquent pas !

👍 L’Avantage : Vous êtes libre, vous apprenez d’où vous voulez, quand vous voulez. Vous développez votre autonomie et vous “apprenez à apprendre”, à votre rythme, et en utilisant les méthodes qui vous plaisent.

🚨 Le Risque : Il existe une multitude de manières d’apprendre par soi-même, et toutes ne se valent pas. Le risque est donc d’ignorer par où commencer, et commencer avec une méthode inefficace, ou inappropriée par rapport à votre besoin.

Par ailleurs, apprendre en autonomie, c’est aussi souvent apprendre seul. Et quand la solitude est là, la démotivation guette...

 

4. Le kiff : le séjour linguistique ✈️

Prendre ses bagages, faire un break pour partir vivre quelques temps dans un pays anglophone pour apprendre l’anglais… Le séjour linguistique est souvent considéré comme une des meilleures manières d’apprendre l’anglais. Et à raison !

Mais ce n’est pas pour autant sans efforts ! Une fois sur place, il vous faudra “step out of your comfort zone” (sortir de votre zone de confort) pour pratiquer avec des locaux !

👍 L’Avantage : Vous baignez dans la langue et la culture locale. A la TV, à la radio, dans la rue, dans les commerces… tout n’est qu’anglais. Et si vous suivez en plus des cours ou une formation sur place, vous avez l’encadrement nécessaire pour vous pousser à progresser.

🚨 Le Risque : Si vous manquez de confiance en vous et en votre anglais, vous risquez de ne pas vous lancer à 100%, ou pire, contracter le syndrome des étudiants erasmus : trouver des expatriés francophones, et passer votre temps avec eux.​

Je suis curieux de savoir quelle solution vous semble la plus appropriée pour votre projet

👉 Dites-le-moi par commentaire, je suis à votre disposition pour répondre à vos questionnements !

 

Jordan Jeandon

Jordan Jeandon

CMO & CoFondateur

Débloquez votre anglais en 3 mois seulement grâce à la MasterClass Neil Armstrong

Articles récents