Comment pratiquer l’anglais quand on est débutant ?

On vous dévoile les conseils de Lýdia Machova, polyglotte reconnue qui parle 9 langues, pour apprendre l'anglais quand on débute. 

financement1

 

Si vous avez appris une langue dans votre vie, vous comprendrez sûrement la phrase suivante comme si vous l’aviez vécue :

 

"Les gens s'attendent à atteindre un niveau dans leur progression où ils seront à l'aise pour parler. Ils repoussent l’idée de parler jusqu'à ce que ce moment arrive où ils seront prêts. Mais ça n'arrive jamais...", Lýdia Machova, polyglotte

 

Pourquoi jamais ? Vous allez voir, c’est du bon sens !

 

“Quel est le niveau suffisant pour être à l’aise et prêt à prendre la parole avec un anglophone ?”

La plupart d’entre vous me diront B1/B2, un niveau intermédiaire. Voilà ce qui m’amène à vous poser ma seconde question : 

 

Quelle compétence faut-il travailler pour arriver à ce niveau où vous serez à l’aise à l’oral en anglais ? La pratique orale ! Tout à fait.

Et devinez quoi ? Pour pratiquer à l’oral, il vous faut un correspondant anglophone ou un partenaire linguistique !

 

Bref on n’a rien sans rien ! N’attendez pas de prendre la parole le jour où vous serez prêt, car vous ne le serez jamais sans prendre la parole. 

 

Comment pratiquer quand on est débutant ? 

 

Apprendre en 3 mois top chrono était notre challenge lorsqu’on a commencé à travailler sur la formation Ayni. 

 

L’expérience de polyglottes, de voyageurs, d’apprenants de langues, et même notre propre expérience, l’ont confirmé : la manière la plus rapide et la plus efficace d’apprendre une langue, c’est de la pratiquer quotidiennement quel que soit son niveau. 

 

La question était alors : comment faire pratiquer l’anglais à un élève débutant ? 

 

Nous avons suivi les pistes d’enseignements de Lýdia Machova, une conférencière TEDx, polyglotte qui parle neuf langues.

Elle prend la parole pour partager ses secrets d’apprentissage d’une nouvelle langue. La vidéo cartonne ! Des millions de vues en seulement quelques jours. Voici ses enseignements (interview) : 



Quelles sont les trois principales activités pour apprendre une nouvelle langue ?

 

Recueillez le vocabulaire qui VOUS concerne. Apprenez à décrire votre vie, votre travail, vos rêves, vos expériences passées. Il ne sert à rien d'apprendre toutes les variétés de fruits et légumes. Sauf si vous possédez un stand de légumes !

 

Pratiquez l’auto-conversation. L'auto-conversation est une excellente façon de s'entraîner à parler et de surmonter la peur de se mettre dans l'embarras. 

 

De plus, avec cette technique, vous trouverez le vocabulaire pertinent dont vous avez besoin pour parler de votre vie. Chaque fois que vous manquez un mot dont vous avez besoin, recherchez-le. Petit conseil, ayez des sessions régulières avec un tuteur qui s'assurera que vous n'êtes pas en train d'inventer la grammaire.

 

Prenez l'habitude de mettre vos écouteurs quand vous quittez la maison. Et assurez-vous d'avoir des douzaines d'enregistrements simples dessus. Surtout ceux avec lesquels vous avez déjà travaillé et que vous comprenez.



Quels sont vos trois outils d'étude préférés lorsque vous commencez à apprendre une langue ?

 

Je commence toujours par un livre, comme Teach Yourself, Colloque ou Assimil. J'utilise ma méthode de retranscription préférée. Je traduis les textes dans ma langue maternelle à l'aide d'un cahier. Ensuite, je les traduis à voix haute autant de fois que nécessaire pour dire le texte entier avec aisance dans la langue cible.

 

Si j'apprends une langue qui est disponible dans la méthode Michel Thomas ou Pimsleur, je commence par celles-ci. Ce sont d'excellentes ressources pour se familiariser avec la langue.

 

Quels sont vos trois souvenirs préférés d'une victoire linguistique ?

 

J'aime le moment où je comprends un texte écrit pour la première fois. Il peut s'agir d'un texte court et simple. Mais sachant qu'il y a quelques semaines, je n'ai pas compris un mot. Et maintenant, je sais ce que dit le texte, c'est très excitant.

 

Une autre étape importante est de raconter une anecdote ou une blague dans la nouvelle langue. Pour moi, cela signifie que j'arrive au B2 et que je me sens étonnamment bien. Raconter une blague exige de la fluidité, un vocabulaire plus large et de la confiance en soi dans la langue. Une combinaison que seuls les apprenants plus avancés ont.

 

J'adore le moment où je sais que j'ai atteint un niveau d'aisance confortable. Cela se produit habituellement lorsque je sors avec des amis, des locuteurs natifs de la nouvelle langue, et que nous communiquons sans effort et couramment. Ma capacité à exister dans la nouvelle langue est libre et spontanée. C'est un sentiment très addictif et c'est la raison pour laquelle je le fais tous les deux ans avec une nouvelle langue.



Quels sont les trois principaux obstacles auxquels vous voyez les apprenants faire face ?

 

Parler est le plus important, évidemment. Les gens s'attendent à atteindre un niveau dans leur progression où ils seront à l'aise pour parler. Ils repoussent l’idée de parler jusqu'à ce que ce moment arrive où ils seront prêts. Mais ça n'arrive jamais... 

 

La seule façon d'atteindre le confort et la fluidité dans l'expression orale est par de longues heures de pratique orale. Ce n'est pas nécessaire dès le premier jour (cela dépend du type de personnalité) mais c'est toujours plus tôt que vous ne vous sentez à l'aise.

 

Réaliser qu'il y a pas mal de mots à apprendre dans la nouvelle langue. Cela arrive à chaque apprenant à un moment donné, généralement au niveau A2. Au début, vous étiez très enthousiaste à l'idée de faire des progrès chaque jour. Après quelques semaines, vous vous rendez compte que vous ne comprenez toujours pas grand-chose dans les textes ou les vidéos authentiques. Tu réalises combien de mots tu as besoin d'apprendre, un par un. C'est un moment effrayant. Ce qui aide le plus, c'est l'expérience d'avoir déjà appris une autre langue. Tu sais que tu l'as fait une fois, tu te débrouilleras à nouveau. Continue comme ça, c'est tout.

 

La grammaire peut devenir un peu effrayante aussi. J'ai eu ces moments avec toutes mes langues. Que ce soit le subjonctif en espagnol. Les verbes séparables et inséparables en allemand. La prononciation et l'orthographe en français. Les idiomes en anglais. Les verbes de mouvement en polonais. Les irrégularités dans la déclinaison en russe. Ou les classes de nom en swahili. À un moment donné, vous pensez que vous ne pourrez jamais apprendre toutes ces formes. Vous ne pouvez pas imaginer vous souvenir de toutes les règles ou apprendre toutes les exceptions par cœur. Pourtant, plus vous pratiquez, plus la grammaire devient naturelle. Surtout avec beaucoup d'entrée d'écoute. Et soudain, le bon mot s'insère d'une façon ou d'une autre dans la phrase.

 

Quels sont vos livres préférés dans une langue étrangère ?

 

Toujours des livres de non-fiction. Parce que la non-fiction est tellement plus facile à comprendre que n'importe quelle œuvre de fiction !

 

Si je peux obtenir un livre d'auto-assistance sur l'un de ces sujets, ce sera mon livre numéro un à lire :

 

  • Amélioration de soi
  • Relations
  • Gestion du temps
  • Conseils pratiques sur la vie quotidienne

 

Certains de mes préférés sont The Miracle Morning de Hal Elrod, n'importe quoi de Brian Tracy et Men Are From Mars, Women Are From Venus de John Gray.

 

J'ai lu L'Alchimiste et Le Petit Prince en plusieurs langues, ainsi que La Ferme des animaux. Ce sont des histoires de fiction, mais très simples, agréables et enrichissantes à la fois.

 

Harry Potter a été mon livre révolutionnaire quand j'ai appris l'anglais et l'espagnol. Quand j'étais enfant, j'ai lu tous les livres de la série plusieurs fois en slovaque. J'ai donc pu les suivre même dans les langues que je commençais à peine à apprendre. Je connaissais bien le contenu.



Comment vous vous relaxez ?

 

Honnêtement, si j'ai des jours de détente, je n'apprends rien. Soit j'ai un plan et je le suis tous les jours, soit j'ai des vacances d'apprentissage. Ces vacances durent souvent plusieurs semaines. Mais pour rester en contact avec mes anciennes langues, j'aime regarder les séries télévisées. Netflix est une merveilleuse source de ces derniers, pour n'importe quelle langue.

 

Quels sont vos trois émissions de télévision préférées pour pratiquer une langue ?

 

Pour des raisons linguistiques, j'aime regarder des séries simples sur la vie quotidienne. Par exemple, j'aime les émissions destinées aux femmes, comme Desperate Housewives et Sex and the City. Elles incluent beaucoup de vocabulaire sur la vie de tous les jours. Tout ce qui se passe dans l'un des épisodes, est mentionné à plusieurs reprises, ce qui est excellent pour la révision. Mais je dépasse les bornes dans les feuilletons, je ne supporte pas les intrigues trop simples et les situations trop dramatiques.

 

Friends est un spectacle merveilleux si vous pouvez l'obtenir dans votre langue. Surtout si tu es un grand fan des Friends comme moi et que tu connais chaque blague à fond.



Quelle a été la plus grande surprise que l'apprentissage d'une nouvelle langue vous a donné ?

 

J'ai eu une conversation de 30 minutes avec un sans-abri sourd en Pologne en utilisant le langage des signes. J'utilisais le slovaque et lui le polonais. (Ils sont différents, mais ils partagent beaucoup de signes.) Nous avons pu nous comprendre et ce fut l'un des moments les plus étonnants pour moi. J'ai réalisé que tous les efforts que j'ai mis dans l'apprentissage d'une langue en valaient vraiment la peine.

 

Quels sont vos trois rituels préférés ?

 

J'adore apprendre le matin. Je me réveille, je prépare une bonne tasse de thé, je retourne au lit, je mets mon matériel pédagogique autour de moi et je commence ma routine du moment.

 

J'aime utiliser la méthode Goldlist dans un environnement agréable, comme un jardin ou une terrasse, surtout si c'est à l'extérieur. Je le rends parfois encore plus confortable en prenant un bol de fraises ou des noix de cajou pour compléter mon étude. Et c'est un aliment nutritif pour ma mémoire.

Quand je découvre un nouveau podcast que j'aime, il fait partie de mon quotidien. Plusieurs fois par jour ! Chaque fois que je marche ou que je fais quelques corvées, je mets mes écouteurs et j'écoute. Je peux obtenir de nombreuses heures de pratique d'écoute en quelques jours ou semaines, et je n'ai même pas envie d'apprendre.

 

-----

 

Il y a pas de cerveau plus adapté à apprendre les langues qu’un autre. On parlera prochainement de Marie-Camille, 63 ans qui apprend depuis peu l’anglais et fait des progrès remarquables alors qu’elle n’a jamais eu une seule heure de cours auparavant. 

 

Prenez rendez-vous avec notre équipe pédagogique si vous souhaitez mettre en place un parcours d’apprentissage adapté.

 

Jordan Jeandon

Jordan Jeandon

CMO & CoFondateur

Débloquez votre anglais en 3 mois seulement grâce à la MasterClass Neil Armstrong

Articles récents