Top 5 des meilleurs spots de surf où l'on parle anglais

“Aloha, Beach break, Offshore, Spot, ...”

surf

 

Si ces mots vous disent quelque chose c’est soit que vous êtes adepte du surf, soit un grand fan du film Point Break avec Keanu Reeves et Patrick Swayze. 

 

En tout cas, ce que l’on remarque c’est que tous ces mots sont anglais et non français. Et oui pour entrer dans le grand monde de la glisse il faut savoir maîtriser ce vocabulaire. 

 

Et quoi de mieux que d’aller se jeter directement dans les vagues et d’améliorer ses expressions anglaises ? 

 

Je vous fais la liste des 5 meilleurs spots de surf pour apprendre à la fois le surf et l’anglais. 

 

San Onofre - La Califoooornie

C’est l’un des meilleurs spots de surf de Californie. Quand les Beach Boys ont écrit Surfin’USA, c’est à San Onofre qu’ils pensaient. Bon je ne sais pas si Julien Clerc a pensé à ces plages en écrivant son tubes…!! :)

 

Les plages de Trestles, Old Man’s et Trail offrent toutes trois des vagues de classe mondiale, adaptées à tous les niveaux : Débutants et experts se mêlent chaque jour sur l’eau. 

 

Petit conseil : arrivez tôt, à l’aube, avant la foule pour profiter au mieux de l’endroit.



Nuquí - Endroit risqué

Les plages désertes et les vagues parfaites existent! Mais atteindre Nuquí se mérite : il va falloir aimer vous aventurer dans la jungle…!!

 

Surfez les tubes à la plage de Pico de Loro, avec les formations rocheuses en arrière-plan, et les vagues difficiles de Cabo Corriente, ou explorez les falaises recouvertes de palmiers.

 

Et si vous pensez de ne pas avoir le niveau, louez un paddle pour approcher les baleines entre juillet et octobre.

 

Biarritz - Le Hawaii européen

Biarritz est une ville de contrastes : entre les huitres du marché, les belles maisons de bord de mer, les clubs branchés et les surfers, on se demande dans quel spot on est tombé. 

 

Pourtant, Biarritz est connue pour être le berceau du surf en Europe, découverte dans les années 1950 par les pionniers du surf, les Tontons Surfeurs, qui eurent l’idée de grimper sur une planche après avoir regardé un documentaire américain. 

 

Son climat est idéal et son emplacement stratégique (immense plages et grosses vagues) : c’est l’une des plus grosses communautés de surfeurs en Europe.

 

Uluwatu - Le classique

Uluwatu est l’un des spots de surf les plus connus de Bali. 

 

À la différence de Biarritz, c’est devant le Temple Luhur Uluwatu que l’on surf. Venez tôt pour avoir la plage rien que pour vous car les vagues peuvent attirer beaucoup de débutant qui prendront place sur les 15 premiers mètres de la côtes. 

 

Une fois que vous en aurez fini avec l’eau, pensez à vous offrir un massage 4 mains, ça ne coûte rien !

 

La Galice - Le paradis espagnol

Méconnues du reste du monde, ce sont des plages secrètes cachés derrière les collines, au-delà des champs agricoles et des villages isolés. D’ailleurs les galiciens essayent désespérément de garder ce secret bien au chaud. 

 

Sur la Péninsule ibérienne, on surf le matin et on se régale le soir en dégustant de délicieux fruits de mer tout en admirant le coucher du soleil. 



Lexique de surf 

(source Fédération Française de Surf)

 

A

Aloha : mot hawaiien signifiant bonjour, bienvenue, merci

Air : se dit quand le surfeur parvient à décoller au-dessus de la vague

Air Roll Spin : manoeuvre aérienne réalisée en bodyboard, qui consiste à effectuer une vrille avec un 360°

APB : pour Association of Professionals Bodyboarders, l'association des bodyboarders professionnels qui gère le tour mondial

 

B

Backside : le surf évolue dos à la vague

Back flip : manoeuvre aérienne réalisée en bodyboard, très rarement en surf, qui consiste à faire passer ses jambes par dessus sa tête

Backwash : ressac d'une vague qui repart vers le large et rencontre des vagues arrivantes

Barre : zone où les vagues déferlent. « Passer la barre », c'est (tenter de) franchir cette zone pour rejoindre le large

Barrel : le tube, la vague qui déferle offre un espace dans lequel le surfer se glisse

Beach break : spot où les vagues déferlent sur un fond sablonneux

Bodyboard : planche inventée dans les années 70 par l’Américain Tom Morey. Plus courte qu'une planche de surf, elle est fabriquée en mousse polyéthylène et se permet de prendre des vagues en restant allongé

Bodysurf : surf sans planche, le pratiquant se propulse à l’aide de palmes et surfe les vagues avec son propre corps

Bottom turn : virage en bas de vague

 

C

Canard : technique qui permet au surfer de passer rapidement sous l’écume qui arrive face à lui afin de rejoindre le large

Championship Tour : circuit regroupant l’élite du championnat du monde, les 34 meilleurs messieurs et 17 meilleures dames

Close out : la vague se casse sur toute sa longueur, n’offrant pas d’épaule pour surfer

Cut back : virage qui permet de revenir vers le point de déferlement de la vague

 

D

Deck : dessus de la planche

Droite : vague déferlant vers la droite du point de vue du surfeur, vers la gauche pour le spectateur depuis la plage

 

E

El rollo : manoeuvre en bodyboard qui désigne une vrille exécutée avec la planche

Epaule : c’est la partie de la vague qui est sur le point de déferler et où le surfeur évolue

 

F

Fish : planche courte et large, généralement utilisée dans de petites vagues

 

G

Gauche : vague déferlant vers la gauche du point de vue du surfeur, vers la droite pour le spectateur depuis la plage

Glassy : conditions idéales lorsqu’il n’y a pas un souffle d’air où la mer et les vagues sont lisses

Goofy : le surfeur évolue avec le pied droit à l'avant de la planche

Gun : longue planche utilisée pour le surf de grosses vagues

 

H

Hang ten : sur un longboard, le surfeur se positionne à l'avant de la planche avec les dix orteils sur le nez

 

I

Inside : zone d'impact de la vague, situé près du rivage

ISA : International Surfing Association. La Fédération International de surf, qui regroupe une centaine de pays membres, dont la France

 

K

Kneeboard : planche large et courte qui permet de surfer à genoux, muni d’une paire de palmes

 

L

Lay back : manoeuvre qui consiste à se plier sur le dos lors d'un roller ou d’un cut back et à se relever

Leash : cordon qui relie le surfeur à sa planche, il se fixe à la cheville et s’attache à l’arrière de la planche

Line up : zone au large où le surfeur attend les vagues

Lip : lèvre de la vague qui se forme au moment du déferlement

Longboard : discipline à part entière qui se pratique sur une planche de surf de grande taille (à partir de 3 mètres)

 

N

Nose : le nez ou l’avant de la planche

Nose riding : manoeuvre qui consiste à se positionner en équilibre les deux pieds à l’avant d'un longboard

 

O

Offshore : vent de terre qui améliore les conditions de surf

Ondine : on utilise ce terme pour désigner les surfeuses et notamment la catégorie dames en compétition. Les ondines, dont le nom dérive du mot « onde », sont des génies des eaux dans la mythologie germanique

Onshore : vent du large qui dégrade les conditions de surf

Outside : zone d'impact de la vague, située au large

 

P

Pic : zone où la vague commence son déferlement. Le pic peut être défini lorsque la vague se brise toujours au même endroit, notamment sur des spots de récif.

Point break : spot de surf bien défini, la vague déferle soit en droite, soit en gauche, en longeant la côte

Porté : en surf tandem, le surfeur évolue sur la vague en portant sa coéquipière à bout de bras

Prize money : il s’agit des gains distribués lors d'une compétition professionnelle. Ils varient selon le standing des compétitions. Le CT masculin délivre 500.000 us$ par compétition

 

Q

Qualifying Series : le circuit de deuxième division mondiale, qui permet d’accéder à l'élite, le Championship Tour. En fin de saison, les 10 premiers messieurs et les 6 premières dames du QS accèdent au CT

Quiver : ensemble de planches différentes en la possession d’un même surfeur, destinées à faire face à toutes les conditions de mer

 

R

Race : catégorie en Stand Up Paddle où les concurrents effectuent une course sur un parcours technique ou sur une longue distance 

Reef break : spot où les vagues déferlent sur un fond de récif ou sur des rochers

Regular : le surfeur évolue avec le pied gauche à l'avant de la planche

Reverse air : manœuvre aérienne où le surfeur effectue une rotation complète dans les airs et réussi à reprendre le sens du déferlement sur la vague

Rocker : la courbe, la cambrure du dessous de la planche au niveau de la latte

Roller : manoeuvre qui consiste à effectuer un virage au sommet de la vague

 

S

Série : groupe de grosses vagues qui arrivent à une fréquence rapprochée

Série (bis) : groupe de surfeurs en compétition réunis durant un temps imparti. Les premiers tours d’une compétition sont ainsi composés de plusieurs séries

Session : temps passé à l'eau pour faire du surf; on parle d’une session de surf

Shape : forme donnée au pain de mousse durant la fabrication d'une planche

Shaper : l’artisan qui fabrique la planche de surf à partir d'un pain de mousse

Shore break : spot où les vagues déferlent près du rivage

Shortboard : planche de surf classique

Skimboard : planche de petite taille en fibre de verre sans dérive qui permet de surfer sur une vague en se lançant de la plage et en évoluant au ras de l'eau

Snaker : ne pas respecter les règles de convivialité sur le spot en ayant un comportement peu respectueux des autres surfeurs

Snap : le surfeur effectue un dérapage sur la vague en faisant brièvement passer l'arrière de la planche à l’avant du sens d’évolution

Spinner : 360° réalisé en bodyboard

Spot : lieu où l’on pratique le surf

Stand Up Paddle : c’est la discipline à la mode ces dernières années. Le surfer est debout sur une planche plus longue et plus large qu'un longboard classique et se déplace à l'aide d'une pagaie. Il peut évoluer dans les vagues, en pleine mer et en eaux plates

SUP : Stand Up Paddle

Swell : houle

 

T

Tail : arrière de la planche

Take off : c’est l'entrée dans la vague, le moment où le surfer se met debout et débute son évolution

Tandem : discipline du surf où deux personnes évoluent sur une même planche, généralement imposante, avec un porté

Taxer : voler la priorité à un autre surfeur qui est déjà sur la vague

Thruster : planche de surf à trois dérives inventé dans les années 80

Tow-in : surf tracté par un jetski lorsque la seule force des bras ne suffit plus pour réussir à partir sur de très grosses vagues

Tricks : manoeuvre novatrices mises au point par la jeune génération mais ne présentant pas grand intérêt

Tube : la figure reine du surf ! Le surfeur se fait recouvrir par la vague et évolue dans la poche formée avant d’en ressortir

 

W

Waiting period : période d'attente possible lors d'une compétition de surf. Les organisateurs disposent d’une fenêtre conséquente de jours pour faire se disputer la compétition dans les meilleures conditions

Waterman League : entreprise américaine chargée de l'organisation des compétitions de Stand Up Paddle à travers le monde : SUP World Tour pour le surf et SUP World Series pour la race

Wavegarden : nom déposé de la première vague artificielle conçue dans un bassin au pays basque espagnol et aujourd'hui commercialisée au pays de Galles, aux Etats-Unis et en Australie

Wax : paraffine que l’on étale sur la planche pour une meilleure adhérence

Wild card : invitation attribuée par l’organisation afin de participer à une compétition

Wipe out : chute violente sur la vague

World Surf League : ou WSL. Entreprise américaine chargée de l'organisation de toutes les compétitions professionnelles de surf à travers le monde

 

 

Jordan Jeandon

Jordan Jeandon

CMO & CoFondateur

Débloquez votre anglais en 3 mois seulement grâce à la MasterClass Neil Armstrong

Articles récents